Aller au contenu

Ram scull real scan (Pour remixes)

Envoyer à un Conseiller

Description du modèle 3D

Il a une ossature fine, donc je le recommande en grande taille, ou sur SLA/DLP.

Ovis

De Wikipédia, l'encyclopédie libre

Aller à la navigationAller à la recherche

Cet article traite du genre des espèces de moutons sauvages. Pour l'animal domestique, voir moutons.

Mouton

Ovis canadensis 2.jpg

Mouton d'Amérique

Classification scientifique e

Royaume : Animalia

Embranchement : Chordata

Classe : Mammifères

Commande : Artiodactyla

Famille : Bovidae

Sous-famille : Caprinae

Genre : Ovis

Linné, 1758

Espèce

Voir le texte.

Ovis est un genre de mammifères, qui fait partie de la sous-famille des Caprinae de la famille des ruminants Bovidae [1] Ses cinq espèces ou plus hautement sociables sont connues sous le nom de moutons. Le mouton domestique est un membre du genre, et on pense qu'il descend du mouflon sauvage du centre et du sud-ouest de l'Asie.

Contenu

1 Terminologie

2 Caractéristiques

3 Espèces

4 Comportement

4.1 Couplage

5 Voir aussi

6 Références

7 Liens externes

Terminologie

Article principal : Glossaire de l'élevage ovin

Les brebis femelles sont appelées brebis, les mâles sont appelés béliers (parfois aussi appelés mâles ou tups) et les jeunes moutons sont appelés agneaux. L'adjectif qui s'applique aux moutons est ovins, et le terme collectif pour les moutons est troupeau ou foule. Le terme troupeau est aussi parfois utilisé dans ce sens. De nombreux termes spécialisés relatifs aux moutons domestiques sont utilisés.

Caractéristiques

Les moutons sont assez petits comparativement aux autres ongulés ; chez la plupart des espèces, les adultes pèsent moins de 100 kg (220 lb)[2] Les mâles sont habituellement plus lourds que les femelles en quantité importante. Le mouflon sauvage se trouve surtout dans des habitats vallonnés ou montagneux. Leur régime alimentaire se compose principalement d'herbes, ainsi que d'autres plantes et lichens. Comme les autres ruminants, ils ont un estomac à quatre compartiments, qui joue un rôle vital dans la digestion des aliments ; ils érigent et ruminent à nouveau la tourbe pour pouvoir digérer et vivre de végétaux bruts de qualité inférieure. Les moutons conservent bien l'eau et peuvent vivre dans des environnements assez secs.

Le corps des moutons sauvages (et de certaines races domestiques) est recouvert d'une couche de poils épais pour les protéger du froid. Ce sous-poil laineux s'est développé chez de nombreuses races de moutons domestiques et s'est transformé en une toison de laine longue, avec sélection contre les poils de chanvre chez ces races. La toison recouvre le corps (chez quelques races, le visage et les pattes aussi) et est utilisée pour la fibre. Les moutons domestiques sont également élevés pour leur lait et leur viande (appelée mouton ou agneau).

Chez les moutons sauvages, les béliers et les brebis ont des cornes, tandis que chez les moutons domestiques (selon la race), les cornes peuvent être présentes dans les béliers et les brebis, dans les béliers seulement ou dans les deux. Les cornes de bélier peuvent être très grosses - celles d'un bélier d'Amérique adulte peuvent peser 14 kg (31 lb) - autant que les os du reste de son corps réunis. Les béliers se servent de leurs cornes pour se battre les uns contre les autres pour la domination et le droit de s'accoupler avec des femelles. Dans la plupart des cas, ils ne se blessent pas mutuellement parce qu'ils se frappent tête contre tête et que leurs cornes incurvées ne se frappent pas mutuellement. Ils sont également protégés par une peau très épaisse et des crânes à deux couches [4].

Les moutons sauvages ont un sens aigu de la vue et de l'ouïe. Lorsqu'ils détectent des prédateurs, les mouflons sauvages s'enfuient le plus souvent, généralement vers les hauteurs. Cependant, ils peuvent aussi riposter. Le mouflon de Dall est connu pour sa capacité à repousser les loups de la face des falaises [4].

Les moutons ont des glandes odorantes sur le visage et les pattes. La communication par les glandes olfactives n'est pas bien comprise, mais on pense qu'elle est importante pour la signalisation sexuelle. Les mâles peuvent sentir les femelles fertiles et prêtes à s'accoupler, et les béliers marquent leur territoire en se frottant sur les rochers.

Espèce

Six espèces et de nombreuses sous-espèces de moutons sont actuellement reconnues, bien que certaines sous-espèces aient également été considérées comme des espèces à part entière. Les principales divisions reconnues sont :[1].

Argali Spécimen farci.jpg Ovis ammon Argali Argali

Ovis orientalis aries'Skudde' (aka).jpg Ovis aries [5] Brebis domestique

Mouflon 2.jpg Ovis orientalis orientalis groupe Mouflon

Ovis ammon vignei arkal Pretoria 3.jpg Ovis orientalis vignei groupe Urial

Ovis canadensis 2.jpg Ovis canadensis Mouton d'Amérique

2005 04 27 1582 Dall Sheep.jpg Ovis dalli Dall sheep Dall

Ovis nivicola (=O. canadensis nivicola) par Joseph Smit.jpg Ovis nivicola Snow sheep

Comportement

Les moutons sont des animaux sociaux et vivent en groupes, appelés troupeaux. Cela les aide à éviter les prédateurs et à rester au chaud par temps froid en se blottissant les uns contre les autres. Les troupeaux de moutons doivent continuer à se déplacer pour trouver de nouvelles zones de pâturage et des conditions météorologiques plus favorables à mesure que les saisons changent. Dans chaque troupeau, un mouton, habituellement un bélier adulte, est suivi par les autres [3].

Couplage

Moutons des îles Féroé.jpg

L'accouplement en ovis se caractérise par la compétition entre mâles pour les femelles en œstrus [6] Le rang social dans les béliers est établi par la compétition entre mâles et femelles, appelée rut [7] Les femelles choisissent parmi les mâles dominants en fonction de caractéristiques sexuellement choisies comme la taille du corps et la taille des cornes, car ces caractéristiques sont souhaitables chez les petits.

Les femelles sont généralement séparées des mâles à l'extérieur de l'ornière, mais pendant l'ornière, les femelles et les mâles se retrouvent ensemble [7] Les femelles qui sont œstrales s'isolent des autres brebis et peuvent être moins mobiles [7] L'ornière est également liée à un comportement différent des brebis pendant les périodes sans ornière [7] Ces changements sont caractérisés par une alimentation plus faible, un temps accru pour observer leur environnement et un comportement légèrement récepteur des animaux. 7] On prévoit également une augmentation des changements de comportement chez les brebis [7].

  • Format du fichier 3D : STL

Mots-clefs

Créateur

License

CC BY

Page traduite par traduction automatique. Voir la version originale.



Ajouter un commentaire