Aller au contenu

Vénus de Milo au Louvre, Paris

Envoyer à un Conseiller

Description du modèle 3D

Cette statue gracieuse d'une déesse intriguée et fascinée depuis sa découverte sur l'île de Melos en 1820. Est-ce Aphrodite, souvent représentée à moitié nue, ou la déesse de la mer Amphitrite, vénérée sur Milo ? La statue reflète la recherche sculpturale de la fin de l'époque hellénistique : classique par essence, avec des caractéristiques innovantes telles que la composition en spirale, le positionnement dans l'espace et la chute du drapé sur les hanches.

La Vénus de Milo a été découverte en 1820 sur l'île de Melos (Milo en grec moderne) dans les Cyclades du sud-ouest. Le marquis de Rivière l'offre à Louis XVIII qui en fait don au Louvre l'année suivante. La statue a gagné instantanément et durablement la célébrité. Essentiellement deux blocs de marbre, il est composé de plusieurs parties qui ont été sculptées séparément (buste, jambes, bras et pied gauche) puis fixées avec des chevilles verticales, une technique qui était assez courante dans le monde grec (surtout dans les Cyclades, où cette œuvre a été produite vers 100 avant JC). La déesse portait à l'origine des bijoux en métal - bracelet, boucles d'oreilles et bandeau - dont il ne reste que les trous de fixation. Le marbre peut avoir été agrémenté de polychromie (aujourd'hui délavée). Les armes n'ont jamais été retrouvées.

La déesse est enveloppée de mystère, son attitude est une énigme persistante. Les pièces de marbre manquantes et l'absence d'attributs ont rendu difficile la restauration et l'identification de la statue. Toute une série de positions ont été suggérées : s'appuyer contre un pilier, poser son coude sur l'épaule d'Ares ou tenir une variété d'attributs. Selon qu'elle tenait un arc ou une amphore, elle était Artemis ou un Danaid. On pense populairement qu'elle représente Aphrodite, en raison de sa semi-nudité et de ses courbes sensuelles et féminines. Elle peut avoir tenu une pomme - allusion au Jugement de Paris - une couronne, un bouclier ou un miroir dans lequel elle admirait son reflet. Mais elle pourrait aussi être la déesse de la mer Amphitrite, vénérée sur l'île de Milo.

La statue a parfois été considérée comme une réplique, librement inspirée d'un original de la fin du IVe siècle av. J.-C., en raison de sa ressemblance avec l'Aphrodite de Capoue (Museo Archeologico Nazionale, Naples) - une œuvre romaine de style similaire, copie d'un original grec. La Vénus de Milo renoue certes avec la tradition classique, mais semble être une re-création classiciste datant de la fin du IIe siècle av. L'air de distance de la déesse, l'harmonie de son visage et son impassibilité sont empreintes de l'esthétique du 5e siècle av. J.-C. ; la coiffure et la délicate modélisation de la chair évoquent les œuvres du sculpteur Praxitèle du 4e siècle. Cependant, la sculpture reflète les innovations apparues à l'époque hellénistique, entre le IIIe et le Ier siècle avant Jésus-Christ. La composition en spirale, le positionnement de la figure dans l'espace tridimensionnel et le corps allongé à petits seins sont caractéristiques de cette période. La déesse est arrêtée dans le temps, tenant ses jambes ensemble pendant que la draperie glisse sur ses hanches. Sa nudité contraste avec les effets de lumière et d'ombre du drapé finement détaillé.

  • Format du fichier 3D : STL

Mots-clefs

Créateur

Bienvenue sur le compte du Musée du Louvre. Vous trouverez ici de nombreux fichiers 3D issus de nos collections.

WebsiteFacebookTwitter

License

CC BY SA

Page traduite par traduction automatique. Voir la version originale.



Ajouter un commentaire