Aller au contenu

Analogion - support pour les livres pour prêtre ou profet (Pour les miniatures et les remixes du MDN)

Envoyer à un Conseiller

Description du modèle 3D

Analogion

Trois analogies, recouvertes de tissu doré.

(Monastère Saint-Nicolas, Gomel, Biélorussie).

Une analogie (en grec : Ἀναλόγιον) est un lutrin ou un pied incliné sur lequel sont placés des icônes ou le Livre de l'Évangile pour la vénération des fidèles de l'Église orthodoxe orientale et des Églises catholiques orientales. Il peut aussi servir de lutrin pour lire des livres liturgiques pendant les services divins [1].

Contenu

1 Conception

2 Utilisation

3 Voir aussi

4 Notes

5 Références

6 Liens externes

Conception

Analogion, vêtu de blanc, au monastère de New Valamo à Heinävesi, Finlande.

L'analogion est normalement légèrement inclinée, pour permettre à celui qui se tient devant de voir plus facilement l'icône ou le livre posé dessus. L'analogion peut avoir quatre pattes ou seulement une au centre. Elle est souvent recouverte d'un tissu riche (antipendium) qui recouvre partiellement ou complètement l'analogion sur toutes ses faces. Certaines analogies sont faites de façon à se plier pour faciliter le transport, d'autres sont sculptées de façon complexe dans du bois fin, et d'autres encore sont des cadres simples destinés à être entièrement recouverts de tissu. Ils sont normalement assez légers pour être déplacés sans trop de difficulté.

Kliros avec analogie pour les livres liturgiques

Il y a aussi un type d'analogie qui est utilisé dans les kliros par les chanteurs. Celui-ci a souvent deux ou trois côtés et des tours pour permettre aux chanteurs d'utiliser plus facilement les nombreux textes liturgiques requis pendant les services.

Il existe une conception grecque plus ancienne pour ce type d'analogie qui est octogonale avec un dessus plat au lieu d'être inclinée. Ce style est toujours en usage sur le Mont Athos et dans d'autres anciens monastères à travers le monde. Parfois, ce type d'analogie est intimement incrusté de nacre ou d'autres matériaux semi-précieux.

Un meuble similaire est appelé le tétrapodion, qui est une table qui peut être placée au centre de l'église, généralement couverte d'un tissu, et sur laquelle des objets sont placés pour être bénis.

Utilisez

L'église orthodoxe russe de Seldovia, en Alaska.

Les analogies sont utilisées pour la vénération des icônes, généralement avec un chandelier à côté ou derrière, ou une lampe à huile brûlant au-dessus. Le chandelier peut contenir une bougie et être utilisé pour éclairer l'icône, ou il peut avoir des endroits où les fidèles peuvent offrir des bougies pendant qu'ils vénèrent l'icône.

Lors des fêtes les plus importantes de l'année ecclésiastique, lorsque le chant du polyéléos est demandé, une analogie est placée au centre du temple (c'est-à-dire dans la nef de l'église) avec des bougies, et l'icône de la fête célébrée est placée dessus. Au point culminant du service, toutes les lumières de l'église sont allumées et le clergé et les gens se rassemblent autour de l'icône sur l'analogion au centre du temple pour le chant des hymnes de fête et la lecture de la leçon de l'Évangile des Matines.

Pendant la Divine Liturgie, une analogie est placée devant les Portes Saintes pour la lecture de l'Evangile et les servants d'autel se tiennent de chaque côté avec des bougies de procession. Si un diacre lit l'Évangile, l'analogie sera établie de telle sorte qu'il soit tourné vers l'Est (vers l'autel) pendant qu'il lit ; si un prêtre lit, l'analogie sera établie de telle sorte qu'il soit tourné vers l'Ouest (vers le peuple).

Lorsqu'un prêtre ou un évêque entend la Confession, il le fait debout à côté d'une analogie sur laquelle ont été placés un Livre d'Évangile et une Croix. Le pénitent vénèrera l'Évangile et la Croix, puis s'agenouillera devant l'analogie, tenant sa main droite de la manière de faire le Signe de la Croix et touchant le pied de la Croix en faisant sa confession.

Voir aussi

  • Format du fichier 3D : STL

Mots-clefs

Créateur

License

CC BY

Page traduite par traduction automatique. Voir la version originale.

Contenus correspondants


Ajouter un commentaire