Aller au contenu

Aphrodite au Pilier au Louvre, Paris.

Envoyer à un Conseiller

Description du modèle 3D

D'abord identifiée comme Thalia, la muse de la comédie, la statue a ensuite été prise pour Euterpe, la muse de la flûte, au XIXe siècle, avant d'être identifiée comme une ancienne réplique d'une Aphrodite adossée à un pilier (probablement l'Aphrodite des Jardins d'Alcamenes, sculptée à la fin du Ve siècle avant J.-C.). La pose de la déesse, la manipulation du drapé et le traitement ouvertement sensuel du corps féminin sont de style "maniériste".

Les mésaventures d'Aphrodite s'appuyant sur un pilier.

Anciennement dans la collection de Louis XIV, cette statue a fait l'objet de nombreuses interprétations au fil des siècles. Il a d'abord été identifié comme une muse, à cause du corbeau et de la branche de baie (ou d'olivier) sculptée en bas-relief sur le pilier, deux symboles du dieu Apollon, protecteur des Muses. Certains pensaient reconnaître Thalia, muse de la comédie, et imaginaient la jeune femme tenant un masque grimaçant dans sa main droite. Au XIXe siècle, on croyait que la statue représentait Euterpe, muse de la flûte, dont l'attribut est une double flûte. Ce n'est que plus tard dans le même siècle que l'œuvre a été identifiée comme une réplique classique d'une Aphrodite adossée à un pilier, comparable à la décoration de certains reliefs en bronze de la fin du Ve siècle avant J.-C. (en particulier, une plaque décorant une lampe dans la collection du Musée national d'Athènes) ; cette fois, il ne pouvait y avoir aucun doute sur l'identité de la figure, qui est associée à Eros.

Une réplique d'Aphrodite des Jardins attribuée à Alcamenes.

La statue est très probablement une reproduction de la célèbre Aphrodite des Jardins réalisée à la fin du Ve siècle av. J.-C. par le sculpteur athénien Alcamenes, un contemporain de Phidias, et un suiveur et émulateur de ce dernier. L'original, décrit par Pausanias (Guide to Greece I, 19, 2), se trouvait à Athènes. Portant un chiton et une robe ne couvrant que la partie inférieure de son corps, la déesse s'appuie sur un pilier ou un tronc d'arbre avec un fléchissement distinct des hanches, souligné par la jambe gauche croisée sur la droite. D'après la réplique de Naples et les reliefs de bronze, la tête aura été voilée. L'attribution à Alcamenes repose avant tout sur la pose de la figure et la manipulation du drapé, rappelant les sculptures du temple d'Athéna Nike et de certaines cariatides de l'Erechthéum, deux bâtiments de l'Acropole d'Athènes où le maître a probablement travaillé sur la décoration. Ce type de statuaire se retrouve également dans un relief du Louvre qui reproduit la base des statues du temple d'Héphaïstos à Athènes, réalisées par le sculpteur vers 420 avant Jésus-Christ.

Un écho de la sculpture "maniériste" de la fin du Ve siècle av.

Cette pièce s'inscrit dans le style "maniériste" qui s'est développé à partir de 430 av. La pose instable, qui rend nécessaire un support pour la figure, était l'une des nouveautés introduites à la fin du cinquième siècle. Le traitement de la draperie préfigure les effets de transparence du style'drapé humide' et révèle la forme féminine ; le corps nu se trouve juste sous la surface du tissu et est mis en valeur par un riche jeu de plis avec des courbes symétriques traçant une forme d'amande autour du ventre et d'autres soulignant la courbe des cuisses. Le vêtement a glissé légèrement pour révéler l'épaule gauche, motif inspiré des déesses représentées dans la frise du Parthénon et le fronton oriental.

  • Format du fichier 3D : STL

Mots-clefs

Créateur

Bienvenue sur le compte du Musée du Louvre. Vous trouverez ici de nombreux fichiers 3D issus de nos collections.

WebsiteFacebookTwitter

License

CC BY SA

Page traduite par traduction automatique. Voir la version originale.

Contenus correspondants


Ajouter un commentaire