Aller au contenu

Amphitrite au Louvre, Paris

Envoyer à un Conseiller

Description du modèle 3D

Dans la mythologie grecque antique, Amphitrite était une déesse de la mer et épouse de Poséidon. Sous l'influence du panthéon olympique, elle n'est devenue que l'épouse de Poséidon, et a été réduite par les poètes à une représentation symbolique de la mer. Dans la mythologie romaine, la consort de Neptune, un personnage relativement mineur, était Salacia, la déesse de l'eau salée.

La déesse de l'Amphitrite de mer, l'un des quatre groupes commisssionnés pour la "rivière" dans le Parc de Marly, était une pièce d'accompagnement pour la statue de Neptune au pied de la cascade. Le modèle en plâtre a été mis en place en 1699 et la version en marbre a été exécutée en 1705. Pris du Parc de Marly en 1796, le groupe a servi à décorer une fontaine à Brest en 1801.

Une commission pour quatre groupes

Amphitrite et Neptune sont deux des quatre groupes commandés à Antoine Coysevox en 1698 par Jules Hardouin-Mansart, surintendant des bâtiments royaux, pour la grande cascade du Parc de Marly, avec la Seine et la Marne (Louvre). Coysevox fabriqua les modèles en plâtre en 1699, mais attendit d'avoir terminé une autre commande royale pour les chevaux de renommée et Mercury (Louvre) avant de sculpter les marbres, qui furent terminés en 1705. Saisies à la Révolution, les statues ont été envoyées à Brest en 1801, Neptune étant placé dans le Cours Dajot et Amphitrite utilisé pour décorer une fontaine. Ils ont été hébergés au Château de Kerjean de 1940 à 1953, puis au Château de Champs-sur-Marne avant d'être amenés au Louvre en 1966.

Une représentation symbolique de la France

Amphitrite et Neptune ont été placés au pied de la cascade, près de l'étang, et la Seine et la Marne au sommet. Ils constituaient une représentation symbolique du territoire de la France, où les eaux des rivières de l'Île-de-France coulaient vers la mer, domaine des dieux de la mer. Comme Amphitrite et Neptune ont été placés à un niveau inférieur, et donc plus près du spectateur, ils ont été réduits pour compenser les effets optiques. Bien qu'ils aient été sculptés en rond et qu'on puisse les voir de tous les côtés, ils ont été conçus pour être vus de face, c'est-à-dire depuis le pavillon royal.

Deux aspects de la mer

Les statues sont des compagnons : les poses sont symétriques. Le bras gauche d'Amphitrite, gracieusement levé pour attraper son voile, équilibre le bras droit du dieu brandissant un trident ; leurs visages se font face de profil. Leurs personnages sont contrastés, offrant deux aspects de la mer : lâché ou calme. Neptune représente le pouvoir et le mouvement, sa femme Amphitrite, la grâce paisible. Le dieu de la mer est dynamique et en colère, luttant pour maîtriser un hippocampe rebelle qu'il pique avec son trident. Tout son corps est mobile : ses jambes sont renforcées, sa poitrine tordue, ses cheveux et sa barbe volent. Le drapé tourbillonnant correspond à son mouvement. Sa tête noble exprime l'autorité divine. Le cheval donne des coups de pied contre lui, sa crinière hérissée et sa tête projetée en arrière, avec des narines évasées et une bouche béante. Amphitrite est calme et souriant, assis sur un monstre marin placide. Un manteau est drapé noblement sur ses jambes dans de grands plis. Comme dans les représentations classiques des triomphes marins, le vent remue doucement son voile derrière elle. A ses côtés, un joyeux Triton joue avec une corne d'abondance pleine des richesses de la mer.

  • Format du fichier 3D : STL

Mots-clefs

Créateur

Bienvenue sur le compte du Musée du Louvre. Vous trouverez ici de nombreux fichiers 3D issus de nos collections.

WebsiteFacebookTwitter

License

CC BY SA

Page traduite par traduction automatique. Voir la version originale.

Contenus correspondants


Ajouter un commentaire